gagner-argent-poker1

On pourrait gloser de nombreuses heures sur l'aversion française pour tout ce qui touche à l'argent, sur le fait que pour nous, culturellement, l'argent, c'est sale et que c'est bien pour ça qu'on lui a trouvé toutes ces petites métaphores pour le ridiculiser et lui faire dégonfler un peu de son importance. Donc oui, dans ce post, on va oser parler "fric", "flouse", "caillasse", parce qu'on aura beau dire, "l'oseil", le "frusquin" (délicieusement désuet) ça aide bien pour s'acheter le nutella qu'on tartine le matin au petit déj'.

C'est finalement une question qu'on me pose souvent et que je n'avais pas encore eu l'occasion d'aborder sur ce blog. Après, comme pour tous les posts que j'écris, je n'ai pas la prétention d'avoir parole d'évangile et les quelques lignes que je vais rédiger ci-dessous ne sont pas faites pour faire acte de loi. C'est juste mon avis sur la façon d'aborder le sujet lors d'un processus de recrutement, notamment quand on est junior. N'hésitez pas à rajouter vos conseils dans les commentaires.

Le plus facile : laisser venir le sujet

Deux paragraphes pour vous souligner le tabou du sujet en France. Du coup, le plus facile pour un candidat est de laisser venir le sujet. Si les recruteurs en face de vous sont bons, ils l'aborderont dès le premier entretien en vous demandant vos prétentions salariales. Pourquoi ce "s'ils sont bons"? Parce qu'à mon sens, un bon recruteur doit absolument éviter l'effet "douche froide" lors d'une remise de proposition. C'est à dire qu'il n'y a rien de mieux pour foirer une remise de proposition qu'une mauvaise surprise sur le plan de la rémunération. Le candidat ne pensera plus qu'à ça et occultera tout le reste des avantages du poste qu'on aura pu développer lors du processus de recrutement : grossière erreur que j'ai appris à ne plus commettre lorsque j'étais recruteur.

Oui mais tous les recruteurs ne sont pas bons et ne l'abordent pas... Alors comment je fais?

1ère solution : tendre des perches évidentes

La perche la plus évidente à tendre au recruteur, c'est lorsque vous parlez de votre projet professionnel et de vos autres pistes. Indiquez que dans le cadre de votre recherche d'emploi, vous êtes en contact avec quelques entreprises (généralement, c'est ici qu'il faut citer le concurrent direct, celui que votre interlocuteur déteste) et que si vous étiez amené à avoir la chance de faire un choix, vos critères de sélection seraient :

  • Le poste, vous cherchez d'abord à vous amuser dans votre métier et votre ambition est d'avoir des responsabilités qui vous passionneront,
  • Les équipes, c'est aujourd'hui un vrai luxe de travailler avec une équipe dans laquelle on se sente bien, du coup, vous serez très attentif aux entretiens pour vous faire une idée sur cet état de fait (et toc pour le recruteur : vous lui rappelez alors subtilement que l'évaluation, elle est bien dans les deux sens)
  • et enfin les éléments contractuels comme la rémunération ou les avantages du poste... (à bien évidemment placer en dernier pour ne pas passer pour le dernier des morts de faim)

En présentant les choses de cette façon, vous tendez une perche de 3 km de long pour qu'on vous pose la question de vos prétentions salariales.

2ème solution : aborder le sujet de vous même

Si malgré cela, vous arrivez au dernier entretien et on n'a toujours pas parlé argent, je pense que vous pouvez vous permettre de l'aborder à ce niveau. Il faudra le faire de façon diplomatique et humble pour ne pas brusquer votre interlocuteur. Pour ma part, je l'aborderais plutôt après 2 ou 3 questions sur le poste ou l'entreprise. Je rappellerais à mon interlocuteur mes critères de sélection sur un mode :

"Comme j'ai pu l'évoquer avec votre chargée de RH, je suis en contact avec d'autres sociétés dans le cadre de ma recherche d'emploi. Dans ce cadre, je lui ai indiqué que dans mes critères de choix, je mettrais en priorité l'intérêt du poste, de l'équipe et enfin les éléments contractuels. Si j'ai déjà eu beaucoup d'informations sur le poste et l'équipe, je n'ai pas encore eu d'infos sur vos grilles salariales et je me permets donc de vous poser la question."

Et si on me pose la question de mes prétentions salariales, comment je réponds?

Pas toujours facile pour un junior de savoir comment il peut répondre à cette question car il ne sait pas encore combien il vaut. Il faut en amont estimer la fourchette de salaire à laquelle vous pouvez prétendre. Cet exercice est complexe car construire une rémunération dépend de beaucoup d'éléments. Les salaires dépendent généralement :

  • du type de poste pour lequel vous postulez (les salaires ne sont pas les mêmes pour un ingénieur qui veut être chercheur et un autre qui veut être trader),
  • du type d'entreprises (PME et grande entreprise n'ont pas forcément des grilles similaires),
  • du secteur d'activité que vous visez (la banque, ça paye mieux que l'agro par exemple)
  • de la localisation (Les salaires ne sont pas les mêmes d'un pays à l'autre ou d'une ville à l'autre)
  • et du signe astrologique du patron de la boite que vous visez. Là bien évidemment je plaisante mais c'est juste pour signifier le côté parfois irrationnel du jeu de la construction des salaires en entreprise...

Donc comment faire pour définir mes prétentions? A mon sens, le plus simple est de s'appuyer sur votre réseau pro. Si vous avez bien suivi mes conseils des précédents posts, vous avez contacté des anciens de votre école pour faire connaissance avec le poste que vous ambitionnez et récupérer de l'info sur le processus de recrutement (et accessoirement se faire coopter). N'hésitez pas à tenir informé vos contacts de l'avancée de vos processus de recrutement dans leur entreprise. Tout d'abord parce que c'est poli, ensuite parce qu'ils pourront continuer à faire votre pub en interne et enfin parce qu'ils pourront vous donner des infos sur le sujet de la rémunération par exemple. Vous pourrez ainsi lui demander sur quelle fourchette de salaire vous pouvez raisonnablement vous positionner selon lui. Cela vous permettra de définir une fourchette de salaire de + ou - 5k€ (plus, ce n'est pas une fourchette, c'est un râteau)

Une fois en entretien, plutôt que de ne donner que votre chiffre sans explication, face à cette question des prétentions, j'adopterais la technique suivante :

  • je redéfinierais les compétences demandées par le poste en appuyant sur mes points forts,
  • je donnerais ma fourchette (de salaire),
  • je retournerais la question à mon interlocuteur pour le faire réagir et si besoin recadrer ma réponse.

Cela pourrait donner un discours du type :

"Et bien si je récapitule ce poste de consultant en management des SI dans ses grandes lignes, vous recherchez un jeune diplômé Bac +5 d'une grande école d'ingénieur qui a idéalement des compétences en Marketing ce que j'ai avec mon double diplôme Supélec/ESCP, parlant bien anglais, ayant des connaissances en gestion de projet et ayant déjà touché au Lean Management, là encore point fort de ma candidature puisque je suis Black Belt sur le sujet. Il faut être mobile à 50% de son temps au niveau international, du coup pour l'ensemble de ces éléments, je souhaite me positionner sur une fourchette de salaire comprise entre 39 et 43k€ brut/an pour mon fixe. Pour autant, j'aimerais connaitre vos pratiques en la matière et en savoir d'avantage sur votre grille salariale..."

En fonction de la réponse de votre interlocuteur, il sera toujours temps de s'intéresser aux autres avantages que peut proposer un poste (avantage en nature, etc.)

Je développerais dans un prochain post une petite méthodo sur la façon de négocier son salaire à l'embauche.