qualite

C’est LA question que redoutent les candidats – du moins c’est celle à laquelle on fait le plus immédiatement référence quand on parle d’entretiens.

Pour ma part, je la posais rarement (voire jamais) car je doutais vraiment de la capacité du candidat à vraiment me répondre sincèrement à cette question. D’ailleurs, à mon sens, le seul moyen d’avoir un retour honnête sur les qualités et défauts d’un candidat réside dans la prise de références auprès de vos anciens managers ou professeurs.

Pour autant, la question sur les qualités et défauts reste intéressante pour évaluer votre niveau de recul sur vous-même et mettre à l’épreuve votre maturité.

Dans la majorité des cas, on vous demande 3 qualités, 3 défauts. Je me souviens pour autant de petits malins du recrutement qui vous en demandaient 5, car ils estimaient que les 3 premiers avaient été préparés en amont et que du coup, les vrais « qualités » et surtout les vrais « défauts » étaient plutôt les deux derniers évoqués (et oui, les recruteurs sont de petits malins ! Comme dirait l'autre : "Etonnant? Non?")

Bref, les erreurs basiques à éviter sont : 

  • De faire référence à des défauts ou des qualités « bateaux » - l’exemple le plus mythique étant d’avoir pour défait d’être perfectionniste (sachez que dans le monde de l’entreprise, on ne vous reprochera que très rarement d’être perfectionniste !) 
  • De faire référence à des défauts rédhibitoires ou énoncé de façon trop lapidaire – « je suis paresseux et je manque de fiabilité » 
  • D’être trop relatif et c’est là l’erreur la plus commune qui mérite d’être développée ci-dessous. 

En effet, l’erreur de beaucoup de candidat est de ne pas illustrer concrètement chacun des défauts ou qualités qu’ils évoquent. Ces candidats oublient que dans ce bas monde, tout est relatif et que si le manque de rigueur pour eux, c’est le fait de ne pas savoir correctement ranger ses affaires ou son bureau, cela peut être interprété différemment par le recruteur qui se dira que son candidat est incapable de gérer un projet correctement. 

Bref, il vous faudra pour chacune des réponses que vous apporterez l’illustrer en vous référent à une de vos expériences professionnelles.

D’ailleurs, reprenez le post de ce blog intitulé « savoir faire le bilan d’une expérience ». Nous avions évoqué la réalisation d’un bilan personnel où l’on évoque ce que vous avez préféré dans votre expérience (où vous pourrez piocher vos qualités) et où on évoque également ce qui a été plus difficile (où vous piocherez vos défauts). Appuyez-vous toujours sur vos expériences passées pour expliquer vos qualités et défauts. 

Par ailleurs, quand vous développez vos défauts, restez toujours constructif. Indiquez bien comment vous les avez identifié et ce que vous avez mis en œuvre pour les pallier. 

Cela peut donner par exemple un discours du type :

 « Parmi mes principaux défauts, j’évoquerais peut être un axe de progrès vis-à-vis de ma rigueur. Je me suis aperçu de cela lors de mon dernier stage où j’avais un projet mobilisant 5 personnes issues de 5 services différents de ma société. Les coordonner a été complexe et plus long que ce que j’avais prévu car il était difficile de les réunions régulièrement au même endroit et au même moment. Cela a eu un impact sur le respect de mes deadlines. Si j’avais à refaire l’exercice, je pense que je consacrerais plus de temps en amont sur l’organisation des réunions de suivi pour éviter cet écueil. C’est en tout cas ce que je ferais pour pallier ce défaut si j’étais amené à rejoindre vos équipes ».

Par contre, évitez d'être maladroit ou trop transparent, du genre "Ma mère me dit que je suis paresseux" ou encore "Je n'accepte vraiment pas l'autorité", toujours un peu malvenu!